Verdon – Escalès: la grande voie? Encortoujourjamé

Les grandes voies dans les gorges du Verdon ne meurent jamais: la preuve ici avec une ancienne voie d’escalade en terrain d’aventure recyclée en voie sportive et qui devrait devenir une classique dans ce niveau. Il faut un bon niveau 6b pour pouvoir en profiter sans être trop « au taquet »! Mollets tremblants à l’arrivée garantis!

160 mètres d’escalade

7 longueurs (5a, 6a+,6b+,6a+,6c, 6b, 5c+), prévoir 4 heures de grimpe

6b+/6c max

Accès via 4 rappels en plein gaz (rappels de « Rivières d’argent ») puis en traversant à pied vers la droite par une main courante.

Une très belle voie exigeante et variée

Pour la petite histoire

La voie a été ouverte en 1976 sous le nom « toujourjamé« , en terrain d’aventure évidement… Le tracé n’était pas exactement le même, empruntant alors la fissure presque de bas en haut. Pour « Encortoujourjamé », équipée en 2014 par P. Fadou on garde les trois premières longueurs avant de quitter la fissure de L3 par la gauche. La voie rejoint alors un mur bien plus compact, avec un rocher exceptionnel.

La fameuse fissure

La L3 est la longueur clef de la voie: une fissure assez large, serpentant au milieu d’un large dièdre lisse, trop lisse… L’ancien topo cotait cette longueur 5c/6a (!) alors qu’aujourd’hui, équipée et nettoyée elle est affichée à 6b+: changement d’époque et de style, les « petits jeunes » que nous sommes ne grimpent plus en fissures!

Zeste d’engagement sur rocher neuf

Un passage de dalle, plus dur en vrai qu’en photo !

L’ensemble de la voie est bien équipé: aucun pas expo, des goujons en 12 mm bien placés et neufs. Pourtant à plusieurs reprises on serre les mollets, ou même un peu plus haut… Déjà la L2 réserve un petit rétablissement sur une dalle à cannelure qui fait éprouver la confiance que l’on a en ses pieds… Il en faut pour la fissure-dièdre de L3: l’équipement est bon mais souvent les passages difficiles se passent au dessus du point, la clef se trouvant généralement dans une adhérence de pieds d’un côté ou de l’autre du dièdre. J’en suis venu à bout rincé, le sac à dos un peu trop volumineux m’ayant plombé tout du long.

L’arrivée de la L3

Les 4 longueurs suivantes sont bien plus classiques en terme d’escalade. Adieu les fissures « old shool », vive le rocher compact et gris typique du Verdon et plus particulièrement de l’Escalès!

L4 en 6a+

Après un 6a+ très agréable dans son escalade le 6b+ (plutôt 6c selon moi) réserve des surprises. Les prises sont là mais cachées dans les multiples vaguelettes du rocher. Dans ce dévers léger chaque erreur de lecture coûte en énergie et le poids du sac se fait ressentir plus fort! Les deux dernières longueurs permettent d’apprécier la qualité du rocher de manière plus détendue, en naviguant de bac en bac. On rejoint presque les cordées dans « rivière d’argent »,et c’est l’occasion de prendre de belles photos. La dernière longueur est, comme souvent pour les grandes voies du Verdon, plus facile (5c+), pour la récupération active!

L6, 6b et un rocher magnifique

En résumé

Encortoujourjamé est une voie à faire, ne serait-ce que pour se frotter à l’escalade old-school en fissure et en tirer quelques cicatrices qui donneront l’opportunité d’embellir un peu le récit une fois au bar… (« A ce moment là j’avais plus de dégaines, mais j’étais 12 mètres au dessus du dernier point, j’ai dû faire un coincement de jambe pour trouver le mousqueton de mon porte-clefs dans mon sac… C’est là que le vautour m’a attaqué… »)

La fin de « Rivières d’argent »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez grimper? Faites passer le mot! :)

Facebook
Facebook
Instagram
%d blogueurs aiment cette page :