Progresser en escalade #3 Apprendre à lire : les bases

Par louis3474
person in spiderman costume
entraînement escalade
A la recherche de la solution

Après des mois d’ entraînement en escalade en salle le moment est enfin arrivé de « concrétiser » en falaise ou en bloc.

Bon, la forme est là, on arrive au pied des voies et c’est parti dans le petit 6a d’échauffement. C’est du beau calcaire compact, vertical (une bouchée de pain face aux gros dévers sur lesquels on s’est entraînés tout l’hiver). Et là, c’est le drame: après deux mètres les chaussons jouent des maracas, le regard se perd et un cri de détresse retentit : « elle sont où les prises !! bor#@!? »

Pour tout ceux et celles qui grimpent toute l’année en salle et qui se retrouvent perdus une fois arrivés en falaise voici quelques analyses et conseils pour progresser en lecture.

Dans un deuxième article je donnerai des exercices concrets pour travailler cette lecture. En attendant, quelques exercices ici !

Si vous aimez ce contenu, que vous en voulez plus:
Partagez cet article sur vos réseaux et laissez-moi un commentaire avec un sujet sur lequel vous voulez en savoir plus !

La lecture en escalade : kesako et pourquoi est-ce complexe ?

Lire en escalade c’est tout simplement identifier le meilleur enchaînement de prises de main et de pieds pour sa progression. C’est une des composantes les plus intéressantes de l’escalade car certainement la plus sollicitante sur le plan cognitif. Cette lecture se fait dans deux cas:

  1. Soit depuis le bas de la falaise et/ou depuis un repos dans la voie
  2. Soit en temps réel pendant qu’on escalade

Lire au pied du mur

person in spiderman costume
Photo by Life of Wu on Pexels.com

Dans un premier temps la falaise ressemble simplement à un bout de rocher quelconque. Puis après observation ce bout de rocher va se transformer en un vague ensemble de prises, de formes, l’ensemble dessinant au final un itinéraire global. En regardant d’un peu plus près on va progressivement réussir à comprendre quelques sections de mouvements, voire se les représenter assez fidèlement. Pour arriver à ça il faut prendre en compte une multitude de facteurs.

Si on essaye de décomposer les étapes mentales ça donne :

  • Identifier l‘itinéraire général (direct, oblique, traversée, etc)
  • Diviser la voie en sections selon différents critères (par exemple section 1 que l’on arrive à lire, section 2 cachée, section 3 on peut lire l’itinéraire global mais sans voir bien les prises). Ensuite pour chaque section visible:
  • Sélectionner mentalement la bonne série de prises pour les mains
  • Identifier les prises de pied clef si possible
  • Se représenter l’espace entre les prises ET Se représenter les mouvements nécessaires
  • Ajuster l’itinéraire selon sa morphologie, son niveau de tenue de prise, sa pose de pied, etc.
  • Imaginer l’intensité de la section au plus juste donner juste ce qu’il faut pour passer
  • Imaginer un plan B et peut être C dans le cas où la lecture A est erronée
  • Faire un résumé mental de la lecture: itinéraire global, crux, repos, pièges de lecture, éléments à ne pas oublier. Ces éléments sont les essentiels à mémoriser et à ancrer. Le reste devrait venir naturellement pendant l’ escalade.

Pour résumer

PHASE 1

Définir l’itinéraire global et ses sections

PHASE 2

Identifier les endroits clef : crux, repos, piéges

PHASE 3

Définir une stratégie adaptée pour chaque endroit clef

Se « projeter sur le mur »

Le plus difficile lorsqu’on débute en escalade est de se représenter son corps dans l’espace et de se projeter mentalement sur la voie.

Petite anecdote qui parlera d’elle même: à 14 ans je grimpais régulièrement en salle de voie et mon prof avait ouvert un 7b+ sur une proue dont la ligne me fascinait. Je voulais absolument essayer de l’enchaîner à vue. J’ai alors pris une feuille et retranscrit toutes les prises et les mouvements un par un. Puis pendant plusieurs jours je les mémorisait, essayait de me les représenter. Le jour J, convaincu de mon futur exploit mais un peu nerveux quand même j’ai attaqué la proue. Très vite les prises se sont révélées bien moins bonnes et les mouvement bien plus durs que ce que j’avais imaginé. La suite ne s’est pas faite attendre: tombé au troisième point j’ai pendouillé dans le baudrier, moitié incrédule, moitié vexé… J’avais certes bien enregistré la suite de mouvements mais je m’étais complètement trompé sur la représentation de mes capacités à les réaliser.

En escalade un bonne lecture ne peut se faire qu’en se représentant, en se projetant sois même mentalement sur la section de prises imaginées. C’est un exercice difficile et qui demande beaucoup d’entraînement.

La bonne nouvelle? C’est quelque chose qui se pratique aussi bien en salle qu’en falaise.

La représentation mentale permet de gagner jusqu’à 40% de force dans la réalisation d’un effort sportif.

Lire pendant l’ escalade: quelques astuces

Avant tout prenons exemple sur les meilleurs: ici Adam Ondra qui enchaîne à vue « Mind Control », 8c+ à Olliana.

Bien souvent il est impossible de tout lire depuis le bas. Il va donc falloir improviser une fois pendu sur les prises et ça peut vite se terminer les fesses dans le baudrier ou sur le crash-pad. Voici quelques astuces pour lire efficacement pendant l’ escalade:

1) Sortir le nez du mur

Dès que vous ne savez plus où aller ou que vous commencez à paniquer retrouvez un rythme de respiration normal et décollez votre poitrine du mur pour élargir votre vision. Souvent, magie, la prise de pied clef apparaît sous vos yeux!

2) Anticiper

Il est beaucoup plus difficile de lire quand on est sur le point d’exploser, une mauvaise prise sous les doigts et les pieds en adhérence qui menacent de zipper… Cette situation peut s’éviter si on anticipe un peu: chaque fois que c’est possible dans la voie prenez quelques secondes pour (re) déchiffrer la séquence à suivre. N’hésitez pas à perdre un peu de temps, ça peut être salvateur pour la suite!

3) Avancer ou reculer

Etre coincé sur une section difficile et y attendre qu’un miracle arrive est rarement payant: vous allez exploser à un moment ou un autre. Le mieux à faire est de choisir selon les options que l’on a entre avancer ou reculer; si un bac de repos est juste 1 mètre en dessous vous avez le droit d’y retourner et de tenter de déchiffrer la section depuis ce repos (ce n’est pas triché 😉 )! Si à l’inverse vous êtes dans une section de rési le mieux à faire est de sortir de cette indécision et d’avancer même si le pas semble incertain: d’expérience on a plus de chance de réussir que de tomber là!

4) Pratiquer

Pour que cette lecture devienne instinctive rien de mieux que d’avaler à vue des kilomètres de rocher, et de tout type! Au fur et à mesure la lecture deviendra plus naturelle et vous serez à même de calculer différents itinéraires en même temps et de faire les bons choix selon vos capacités. Pour ça rien de mieux que de partir en grande voie, pourquoi pas sur une falaise qui recoupe différents styles comme le Cap Canaille!

Progresser plus vite !

Nos sessions de coaching particulier à Fontainebleau, Paris et autour Marseille sont une belle opportunité pour atteindre vos objectifs. On a hâte de partager avec vous les bonnes méthodes pour progresser en escalade! Contactez-nous 🙂

Vous aimez ces articles ? Laissez un commentaire ou partagez !