Progresser en escalade #1 Faut-il penser avec ses pieds?

By louis3474
progresser en escalade

C’est un grand classique du cours d’escalade pour débutant: le moniteur se retrouve à dire essentiellement une seule et même chose: « monte tes pieds ». Puis, quand on a un peu progressé la phrase évolue un peu: « regarde tes pieds » ou « sois précis avec tes pieds ». Ca serait donc ça le secret d’une première progression en escalade? Il y a du vrai et du faux et voilà quelques lignes qui tentent de démêler l’affaire! 

Pour travailler tout ça sous les conseils avisés d’un moniteur d’escalade n’hésitez pas à nous contacter.

Progresser en escalade et poser ses pieds

Pour progresser en escalade un premier constat est facile à faire: on peut tenir plusieurs heures debout sans fatiguer tandis que suspendus à une barre on ne tiens que quelques minutes. C’est donc selon cette faiblesse des membres supérieurs (les bras) qu’il faut commencer à réfléchir! Puisque les bras sont notre limite il va falloir tout faire pour les alléger! Je précise et voilà quelques mantras pour les débutants.

  1. Monter les pieds : cela permet de ne pas avoir à tracter avec les bras mais plutôt de pousser avec les jambes. Plus facile non?
  2. Garder les bras tendus un maximum: on économise de l’énergie et on apprend par ricochet à utiliser des prises de pied moins évidentes (verticales, adhérences, etc)
  3. N’utiliser que la pointe du pied: Si vous avez tendance à poser le plat du pied sur toutes les prises, arrêtez tout! Prenez un rouleau de scotch et entourez le milieu de votre chausson d’une bande. Il ne doit vous rester qu’environs 4 cm de surface utilisable sur le chausson: c’est cette partie dont vous devez vous servir. Pourquoi? Déjà parce qu’en étant en appui sur la pointe du pied cela permet une certaine amplitude (extension); deuxièmement pour pouvoir pivoter de la carre interne à la carre externe facilement, simplement en pivotant, ce qui n’est pas possible avec le plat du pied posé sur la prise.
  4. Le pas du Ninja: A chaque déplacement de pied un grimpeur débutant réveille en moyenne 5 personnes qui ronflaient paisiblement (source insee à vérifier). Outre les belles marques de gomme laissées sur les murs et falaises le problème est que cette énergie est réellement gaspillée! On va plutôt tenter de se faire silencieux comme un Ninja, ce qui va nous forcer à être précis, donc plus rapide et in fine de rester moins longtemps pendu sur ces prises qui nous tétanisent.

Pour en savoir plus sur les différentes façons de poser ses pieds en escalade on peut s’attarder sur cet article de grimper magazine.

Un petit cours de pose de pied en action dans cette dalle du Peak District:

« Une belle pose de pied ne vaut pas un beau déhanché »

Bon, il va falloir expliciter un peu le titre… Ce n’est pas parce que vous posez bien vos pieds que vous avez tout gagné: pour que cela serve à quelque chose il va falloir penser avant tout à votre bassin et son positionnement!

Une bonne position du bassin (B,C) permet de diminuer le poids appliqué aux bras

Le facteur limitant en escalade est généralement la fatigue des fléchisseurs des doigts. Si on grimpe à son niveau max il faut donc essayer de les solliciter le moins possible afin de tenir jusqu’en haut de la voie; c’est ce qu’on appelle l’efficience (rapport optimal entre la consommation d’énergie et le résultat).

Imaginez un grimpeur avec une pose de pied impecable mais les fesses constamment en arrière, à 40 cm de la paroi. Imaginez un autre grimpeur posant ses pieds de façon moyenne mais le bassin essentiellement proche du mur: lequel des deux force le plus? Le premier bien sûr, puisqu’il répartit mal son poids. Sa belle pose de pied ne lui sert pas à grand chose puisque l’essentiel de son poids se transfère sur… ses doigts. Et comme dit en intro ce sont les jambes qu’il faut tenter de solliciter en premier!

Voilà quelques idées pour garder le bassin proche du mur et donc prendre les bons réflexes pour une escalade efficiente:

  1. Faire des traversées: ça nous apprend à orienter le bassin. Il est plus facile aussi de prendre conscience de la proximité ou de l’éloignement du bassin avec le mur sur une traversée facile que sur un dévers prononcé.
  2. Grimper à une main: cet exercice permet de sentir qu’il n’est possible de lâcher une main que lorsque le poids est correctement transféré sur les pieds, grâce à un bon positionnement du bassin.
  3. Trouver des positions pour lâcher les deux mains.
  4. Grimper avec un « fil à plomb »: un petit fil à plomb pendu derrière le baudrier, on ne peut passer à une autre prise de main que lorsque le fil est à l’aplomb d’un des deux pieds. On est alors obligé de bien basculer le bassin au dessus de son pied.
  5. S’obliger à grimper fesses en arrière: le contre exemple a une valeur pédagogique indéniable! Prenez la même voie et tentez de la réaliser deux fois, une fois avec interdiction d’approcher le bassin à moins de 10 cm de la paroi, l’autre fois en vous obligeant l’inverse. Satisfait ou remboursé.

Pour résumer il ne faut pas se contenter de bien placer ses pieds, même si c’est une étape essentielle pour progresser en escalade. Avoir conscience que le placement de son bassin influence directement l’économie d’énergie permet de franchir un sérieux cap d’un point de vue technique!

J’espère que ce cours de rattrapage d’escalade vous servira! Pour d’autres exercices et des conseils adaptés à votre niveau n’hésitez pas à solliciter un moniteur qui à l’oeil!